Littérature

L’éxilé en tous lieux

L’éxilé en tous lieux

Perdu au fond des bois. Dans cette immensité de conifères, à 600 km de la ville des envies. Je retrouve mon moi-même. Le corbeau perché à la cime rachitique, seul point noir dans tout ce blanc. Un battement d’ailes dans…

La plus belle des villes laides

La plus belle des villes laides

Il y a deux mois, je t’ai quittée avec une valise de linge, des meubles usagés et trois boîtes de livres. Quelques jours avant le départ, j’ai tenté à plusieurs reprises de graver dans mon esprit  les détails de ton…

Chasser le bois

Chasser le bois

St-Eu saute dans les feuilles rouges et jaunes. Le quai du Lac à Barbottes est floadé ben raide. Les épinettes essaient de faire des bulles avec leur gomme. Rendez-vous du chasseur bonjour. Yvette vient de souhaiter bonne chasse au camp…

Pile et face

Pile et face

Mettre au monde un enfant au sud et un enfant au nord, deux amis sincères et complices qui vont accomplir de grandes choses par leur complémentarité… parce que même l’ambivalence nous ajoute une valeur et une perspective sur la vie…

L’art de la vie buissonnière

L’art de la vie buissonnière

Mais surtout, je veux créer. Matérialiser toutes ces idées naissantes. Laisser ma trace. Rien de plus beau qu’extérioriser une partie de soi pour l’offrir au monde en partage. Cultiver ce plaisir ardent. Devenir ma priorité.

Naufragée

Naufragée

Le quotidien, les obligations et tes attentes auront usé mon diamant brut jusqu’à ce qu’il ne reste de moi que des poussières éparpillées dans la salle de lavage, mon lit froid et mes sous-vêtements dépareillés.

Portrait neige

Portrait neige

En plus de mes bottes, j’avais des mitaines. Je faisais ma part. Pis les gars eux-autres, en plus d’une pelle, ils avaient leur ego et leur fierté.

La tumeur abitibienne

La tumeur abitibienne

Les Canadiens ont fini par nous mettre à la porte, crisser nos valises de victimes sur le perron, renvoyer les grenouilles socialistes dans leur mare.

Nulle part c’est chez moi

Nulle part c’est chez moi

Y’en a qui voulait notre mort là-bas, l’envie malsaine de nous voir nous vautrer dans nos nouveaux projets, jaloux de ne pas avoir le courage de faire de même.

Je suis célibataire

Je suis célibataire

Si j’étais à Montréal, j’pourrais m’perdre dans la masse jusqu’à temps de m’sentir assez p’tite pour m’effacer d’la vie un ti boutte. J’pourrais changer d’quartier, changer d’bar, changer d’épicerie, voir même changer de vie…